Articles classés dans la catégorie : La Perfect

Portrait de la Perfect #6 : Stéphane Roucheray

Tous les mois, Perfect Memory vous propose un contenu d’un type un peu particulier : un portrait d’un des collaborateurs de la Perfect. Toujours sur la brèche pour délivrer nos plateformes Raffiné™ chez nos clients, la Perfect ne jouit que de peu de temps pour prendre du recul sur le projet Perfect. Le département Communication est ainsi ravi de tendre le micro à ceux qui ont fait le passé, qui font le présent et qui incarnent le futur de la société Perfect Memory. « Tout comme le conducteur de voiture ne se rend pas compte de l’ingénierie du moteur ou de la boite de vitesse, la technique ne doit pas être visible dans une interface et les frottements réduits au minimum.» – Bonjour Stéphane. Pour nos lecteurs, présente-toi en quelques mots. Je m’appelle Stéphane. En 2020 j’ai 41 ans. Je suis pacsé et j’ai deux enfants de 8 et 9 ans. Peut-on se présenter soi-même ? Je vais plutôt dire ce que je m’efforce de pratiquer et d’améliorer dans ma vie professionnelle ! D’abord, j’adore ce que je fais et je garde une appétence pour le nouveau, dans le mouvement perpétuel du Web. La curiosité et l’envie d’apprendre sont des moteurs fondamentaux dans mon métier. Mais mon activité est d’abord un travail collectif. Pour qu’un groupe fonctionne bien, l’empathie est probablement la qualité principale à développer. Se mettre à la place des autres est un exercice difficile, mais indispensable au bien-être de tous. Enfin, nos métiers agissent sur la société. Ils changent la manière dont les gens travaillent, vivent. Parfois de manière radicale. Nos actes ont un impact qu’on maîtrise mal, après tout, nous ne sommes que le simple maillon d’une grande chaîne. Je me demande régulièrement si ce que je fais est bien du point de vue de la technique bien entendu, mais aussi de la morale. J’essaie d’avoir une éthique. – Quel est ton parcours avant d’intégrer la Perfect ? Je suis né dans les Alpes, j’ai fait des études dans l’audiovisuel au détour du changement de siècle, d’abord à Bayonne, puis après ma maîtrise que j’ai faite à Valenciennes j’ai travaillé pendant 10 ans chez un éditeur de logiciels, de montage vidéo et de mixage son, sur Paris. J’ai participé à la « numérisation » des rédactions des chaines de télévision (France2, France3, M6, Arte, TV5Monde, France24…). À l’époque, les journalistes revenaient de reportage avec des rushes sur cassettes Betacam. Ils devaient monter leurs sujets pour le JT à partir de ces cassettes. Si un deuxième sujet utilisant les mêmes images devait être fabriqué, il fallait attendre que la cassette soit disponible. C’était il y a vingt ans. On a installé des ordinateurs pour le montage à la place des magnétoscopes, on a connecté ces ordinateurs en réseau pour pouvoir partager les images entre postes de montage. On couplait plusieurs disques durs ensemble pour avoir des débits d’images suffisants pour le montage. Aujourd’hui, tout ça semble acquis et même un peu daté, à l’époque ce fut une révolution technique et sociale. Comme pour tous les secteurs d’activités touchés par le numérique, beaucoup de métiers ont évolué, d’autres ont même disparu. Le journalisme audiovisuel a été bouleversé définitivement. C’était aussi le début des chaines d’info en continu. Ma vie personnelle m’a ensuite amenée à Clermont-Ferrand, mais l’audiovisuel professionnel dans lequel j’évoluais était concentré dans la région parisienne. C’est donc à ce moment là que je suis devenu développeur front. Changer de métier est une expérience riche mais pleine de barrières. J’avais, selon moi, les compétences requises, mais pas la bonne expérience professionnelle. Heureusement, j’ai trouvé, dans une agence Web du coin, du soutien et des gens qui m’ont fait confiance. Je les en remercie encore aujourd’hui. Je me suis d’abord spécialisé dans le développement Flash et ActionScript (AS3), une technologie et un langage de programmation d’Adobe très en avance sur ce que proposaient les navigateurs Web à l’époque. Je fabriquais des jeux, des animations immersives, j’œuvrais dans un studio avec des graphistes talentueux qui sont restés mes potes. Notre travail était très créatif et la demande forte. Deux événements ont ensuite fait basculer ma vie, l’un personnel et l’autre international. Le premier fut la naissance de ma fille. J’ai pris un congé parental de quelques mois pour m’occuper d’elle et de son frère. Le deuxième fut l’annonce, par Steve Jobs le 10 avril 2010, n’autorisant plus Flash à fonctionner sur les iPhone. Quand je suis revenu de mon congé parental, plus aucun client ne voulait de Flash. Je suis passé d’un temps plein sur cette technologie à rien. Grosse réflexion sur l’espérance de vie des technologies qu’on maîtrise et des orientations professionnelles qui en découlent. J’avais un peu senti le vent tourner et j’ai basculé mon activité sur JavaScript, le langage des navigateurs. Le choix était logique, mais on a beaucoup perdu parce que Flash c’était des outils de collaboration communs entre graphistes et développeurs qui nous permettaient de parler la même langue. Après une décade on n’a toujours pas récupéré ce qui a disparu. 2020 est par ailleurs une année symbolique de ce point de vue puisqu’elle signe la fin définitive de Flash. Après presque 10 ans passés en agence, en 2016, j’ai été embauché par Perfect Memory. Je ne connaissais pas le monde des startups, mais ce fut le début d’une nouvelle aventure avec de belles rencontres ! Ah ! Et puis en 2019 et 2020 je me suis expatrié avec ma famille à Cardiff au Pays-de-Galles, j’expérimente avec succès le travail à distance pour un an ! – Peux-tu expliquer à nos lecteurs quel rôle tu joues dans la Perfect ? Je suis développeur front. Je développe les interfaces graphiques pour nos clients. C’est à la fois la partie émergée de notre plate-forme et la seule chose que voient les utilisateurs qu’on appelle « finaux ». Ils sont journalistes, documentalistes, archivistes, ils s’occupent de fonds documentaires, produisent des contenus sportifs, commercialisent ou achètent des images de conférences internationales, gèrent des flux continus de vidéos, de sons ou de textes. Ces professionnels ont des besoins variés. Nous leur proposons des interfaces en partant toujours de leurs métiers préalablement analysés et modélisés. Nous les ajustons ensuite de manière itérative à leurs usages pour qu’elles deviennent évidentes. Tout comme le conducteur de voiture ne se rend pas compte de l’ingénierie du moteur ou de la boite de vitesse, la technique ne doit pas être visible dans une interface et les frottements réduits au minimum. J’envisage mon métier comme de l’artisanat au service des utilisateurs. Alors bien sûr, il faut généraliser, trouver des points communs entre métiers, proposer des solutions parfois inattendues à des problématiques métiers complexes. C’est un art subtil de compromis, de créativité et de maîtrise technique. L’écart entre une interface naturelle, une deuxième juste fonctionnelle et une dernière inutilisable est parfois mince. L’expérience des utilisateurs est notre maître étalon. – La vision partagée au sein de la Perfect est large, comment l’expliquerais-tu au grand public avec tes propres mots ? Les données n’ont pas de valeur si elles ne sont pas exploitées. Les exploiter c’est en tirer de l’information. Une information a de la valeur. Un répertoire n’a pas d’utilité avant que je puisse y trouver un lien entre une personne et son adresse postale. Souvent, les données ne sont pas regroupées au même endroit, on doit donc faire des liens entre différentes sources de données pour produire de l’information. En reliant les données de stocks d’un entrepôt et ceux des achats clients, on peut anticiper le réapprovisionnement. Ce type de lien n’est pas trop difficile, il suffit d’avoir un code produit commun au stock et aux achats clients. Mais ce lien n’est pas toujours aussi évident, parfois il peut être caché, ou même inconnu. Une donnée unique peut aussi contenir plusieurs niveaux d’informations, une vidéo a des images, des sons, des sous-titres, un texte peut avoir des chapitres, des notes de bas de page, des références… Dans ce cadre, une recherche, même d’expression simple, peut s’avérer très difficile à résoudre. Imaginez si vous cherchez tous les films dont les deux acteurs principaux sont en couple dans la vie. Ou bien si vous voulez compiler les séquences de la dernière coupe du monde de foot où un but a été marqué depuis l’extérieur de la surface de réparation. Ou encore si vous voulez référencer les discours que le Président de la République a prononcé « en présence » du Premier ministre. Ces difficultés sont levées par l’élévation sémantique de l’information. L’élévation sémantique est à l’information, ce que l’information est à la donnée. Elle lui donne une valeur qu’elle n’avait pas, qui était cachée. Elle permet de mieux la comprendre en créant des liens logiques. Logiques pour l’homme. Elle extrait la connaissance de la masse, elle raffine. C’est à ça que sert notre plate-forme : raffiner l’information. – Perfect Memory dans 5 ans, c’est quoi pour toi ? À l’ère de l’information, il y a peu de constantes et beaucoup de variables. Néanmoins, des enjeux internes et externes se dessinent. Ce qui m’a frappé en arrivant chez Perfect Memory c’est sa capacité à questionner son mode d’organisation et à le changer quand c’était nécessaire. C’est probablement une caractéristique des startups qui marchent. Je crois que le principal enjeu dans les années à venir pour nous est de continuer dans cette bonne gestion des changements. Car la modification d’échelle (croissance et recrutements) qui est en train de se produire ne manquera pas de générer des changements. Sur les enjeux externes, ce sera, évidemment, de continuer à montrer notre capacité à innover dans les médias et à proposer de nouvelles modalités de raffinage et d’exposition de l’information dans d’autres secteurs d’activité (le sport est un exemple très prometteur). Nous avons plein d’idées ! – Peux-tu nous parler d’un hobby ou d’un centre d’intérêt qui te tient à cœur ? Je suis avide d’information, j’essaie de comprendre le monde dans lequel je vis. Je lis beaucoup et de tout, des essais politiques, de la vulgarisation scientifique, des livres d’histoire, des ouvrages techniques sur les langages et les pratiques de programmation. De la fiction aussi, je choisis en général des auteurs reconnus, de la science-fiction, de la politique-fiction, des romans historiques, les classiques français et parfois étrangers. J’écoute la radio, souvent en podcast. Je regarde la vulgarisation scientifique sur Youtube, parfois de très bonne qualité. J’aime les documentaires surtout sociétaux. – Un message à adresser à la communauté Perfect ? Ne négligez jamais le commentaire d’un utilisateur sur votre application. C’est pour lui que vous la fabriquez. Stéphane à Big Pit, Pays-de-Galles en novembre 2019. Crédits ©S.Roucheray ...
Plus

Portrait de la Perfect : Frédéric Maillot

Tous les mois, Perfect Memory vous propose un contenu d’un type un peu particulier : un portrait d’un des collaborateurs de la Perfect. Toujours sur la brèche pour délivrer nos plateformes Raffiné™ chez nos clients, la Perfect ne jouit que de peu de temps pour prendre du recul sur le projet Perfect. Le département Communication est ainsi ravi de tendre le micro à ceux qui ont fait le passé, qui font le présent et qui incarnent le futur de la société Perfect Memory. « Chaque membre de la Perfect fait preuve d’une créativité incroyable. » – Bonjour Frédéric. Pour nos lecteurs, présentez-vous en quelques mots. Je m’appelle Frédéric Maillot, je suis Directeur Artistique au sein de La Perfect. Se décrire n’est jamais un exercice simple, mais j’aime à penser que je suis quelqu’un de curieux et extrêmement sensible aux émotions environnantes. J’aime les gens, les échanges, le partage et les nouvelles technologies. J’ai 39ans, originaire de l’ile de la Réunion, marié depuis maintenant treize ans et particulièrement attaché au bonheur des miens. Mon équilibre réside dans le goût des « petits bonheurs » qui enrichissent la vie. J’aime tout ce qui gravite autour de cet univers en constante évolution que sont les nouvelles technologies. C’est une source inépuisable d’inspiration. Je suis aussi de ceux qui pensent, qu’avec un peu de passion tout devient plus excitant ! J’ai donc besoin, pour me transcender dans mon travail, d’éprouver une réelle émotion intérieure, une excitation et une compréhension de l’autre qui me poussera non pas à « réaliser » , mais à « créer ». Et c’est là qu’est toute la différence, la création n’est pas juste une réalisation, une tâche effectuée, mais c’est une émotion intérieure exprimée d’une quelconque façon dans le seul but d’apporter une émotion à celui qui l’observera ou l’utilisera. En résumé je dirais que je suis #curieux #spontané et #passionné. – Quel est votre parcours avant d’intégrer la Perfect ? Vaste sujet ! Je n’ai jamais été passionné par les études, j’ai donc mis beaucoup de temps à trouver ma voie. Il m’aura fallut attendre l’âge adulte et quelques petits boulots pour me poser cette grande question entre deux lavages de vitres : « Dans ton idéal professionnel, même inaccessible aujourd’hui, que te verrais tu faire ? » sans savoir que ma vie allait changer ce matin-là. L’après-midi je remplissais mon dossier de candidature pour une école d’infographie, quinze jours plus tard je commençais les cours. La passion était née ! Deux année plus tard, diplômé avec mention, j’intégrais une grande agence de communication parisienne. Au contact de clients exigeants de l’univers du luxe, j’y ai appris l’exigence, la finesse, le choix précis des polices et des couleurs. Puis six années durant j’ai appris la rapidité d’exécution au sein d’une agence de presse. Deux postes différent mais complémentaires. Et c’est après ces deux expériences enrichissantes que je me suis formé dans les métiers du multimédia et de l’internet. Et c’est avec une nouvelle mention sur un diplôme que j’ai créé ma propre entreprise de design graphique et événementiel. Perfect Memory était à l’époque une toute petite startup avec un projet un peu fou de transformer des archives en valeur ajoutée. Je travaillais ponctuellement en tant que freelance pour ce qui allait devenir « La Perfect ». Puis un jour, Steny, notre CEO m’a proposé de rejoindre le navire pour cette folle aventure auvergnate. Ma femme et moi avons dit OUI. – Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs quelle fonction occupez-vous au sein de la Perfect ? J’ai plusieurs casquettes, la première et plus importante, j’ai la charge de la conception graphique des interfaces sémantiques, de leur ergonomie et design. Je suis un peu le carrossier de cette jolie mécanique. Une Bugatti Chiron est certes dotée d’un moteur exceptionnel, mais sans un poste de pilotage adapté, des lignes fluides et aérodynamiques, elle ne servirait pas à grand-chose. Mon travail est donc de rendre le poste de pilotage de nos applications, intuitifs, pratiques, beaux et qualitatifs. – Une autre facette de mon travail consiste à concevoir toute sorte de support de communication interne et externe à l’entreprise. Les supports imprimés mais aussi les designs de nos stands sur des salons internationaux comme l’IBC (Amsterdam), le NABSHOW (Las Vegas) et bien sûr le CES (Las Vegas). – La vision partagée dans la Perfect est large, comment l’expliqueriez-vous au grand public avec vos propres mots ? Vous cherchez mais ne trouvez pas ? Vous l’avez pourtant bien classé quelque part, mais où ? J’en ai beaucoup trop et ne trouverais jamais ce que je cherche ! Cette vidéo parlait de ce sujet, mais où es-ce ? Cliquez, renseignez, et c’est trouvé ! – Perfect Memory dans 5 ans, c’est quoi pour vous ? Nous le voyons déjà se profiler à l’horizon avec grande fierté : des leaders ! Et quand un client me glisse « Cela a été pensé pour être utilisé ! », cela confirme que nos efforts pour ressentir les besoins de nos utilisateurs payent et font la différence. La « Perfect » est talentueuse, qu’ils soient ingénieurs, développeurs, chefs de projet, graphiste ou dirigeant, chacun fait preuve d’une créativité incroyable. Dans cinq ans, il nous faudra certainement une grande enseigne lumineuse au-dessus de notre immeuble. – Pouvez-vous nous parler d’un hobby ou d’un centre d’intérêt qui vous tient à cœur ? La musique. Je suis passionné de musique depuis toujours. Un projet graphique s’accompagne toujours de musique et de l’ambiance émotionnelle qui l’accompagne. Ainsi, pour des projets complexes je serais transporté par les « variations Goldberg » de J.S Bach, pour une ambiance méditative. Mais il est aussi courant d’entrer dans notre studio de création et d’entendre de la Kompa, du Zouk, du Séga/Maloya (musique traditionnelle de mon île d’origine : la Réunion), de la musique électro et de la New Soul. La bonne humeur règne dans notre bureau. J’aime particulièrement mon travail c’est vrai, mais je n’oublie pas ce qui me tient le plus à cœur dans la vie, mon véritable équilibre : ma famille, mes amis et mes espérances d’une humanité paisible, aimante et à la créativité sans limite ! – Un message à adresser à nos lecteurs? Il y a une citation de Steve Jobs qui résume plutôt bien ce par quoi je suis passé : « Stay hungry, stay foolish » , en français on peut le traduire par « « Soyez insatiables, soyez fous »! Et il faut parfois être fou, prendre un risque la peur au ventre, pour se rendre compte que finalement ce n’était pas insurmontable. Ne cherchez pas compliqué. Après tout, pourquoi tourner trois fois à droite, quand dès le début on peut tourner à gauche ? Frédéric, en vacances. ...
Plus

Portrait de la Perfect : Jeanella Pascual

Tous les mois, Perfect Memory vous propose un contenu d’un type un peu particulier : un portrait d’un des collaborateurs de la Perfect. Toujours sur la brèche pour délivrer nos plateformes Raffiné™ chez nos clients, la Perfect ne jouit que de peu de temps pour prendre du recul sur le projet Perfect. Le département Communication est ainsi ravi de tendre le micro à ceux qui ont fait le passé, qui font le présent et qui incarnent le futur de la société Perfect Memory. « Travailler dans un environnement comme celui de Perfect Memory nous pousse à penser différemment. » – Bonjour Jeanella. Pour nos lecteurs, présentez-vous en quelques mots. Si je devais me décrire en trois adjectifs, je dirais : créative, passionnée et curieuse. Je suis une véritable touche à tout. J’ai la sensation que chaque semaine je me découvre une nouvelle passion : langues étrangères, recettes de cuisine, art, jardinage, destinations de voyages et la liste continue… – Quel est votre parcours avant d’intégrer la Perfect ? Depuis l’obtention de mon diplôme à l’université, je me suis aventurée dans le monde des startups en tant que développeur. J’ai travaillé à Manille, la capitale des Philippines et la ville d’où je suis d’origine. Avant de quitter ce poste et m’installer en France, j’ai occupé les postes de designer d’expérience utilisateur, développeur d’interface utilisateur et chef d’équipe. – Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs quelle fonction occupez-vous au sein de la Perfect ? Actuellement, je fais partie de l’équipe des interfaces utlisateur, qui travaille sur les interfaces du DAM-as-a-brain. Je suis responsable de l’uniformisation de l’intégration design depuis nos maquettes vers les produits finis. Je m’applique également à améliorer le processus collectif de test des interfaces. – La vision partagée dans la Perfect est large, comment l’expliqueriez-vous au grand public avec vos propres mots ? Si nous considérons les activités humaines comme un tout, nous voyons d’un certain point de vue qu’une bonne partie de notre temps nous le consacrons à rechercher. Nous sommes dans une ère où nous produisons chaque jour de grands volumes d’informations. Dès lors, nous nous heurtons aujourd’hui au problème du management efficient de ces données. Il y a des centaines de types de données et autant de domaines à appréhender. La force de Perfect Memory est de travailler avec la sémantique, ce qui nous permet d’appréhender chaque format ou domaine nécessaire. – Perfect Memory dans 5 ans, c’est quoi pour vous ? Perfect Memory se spécialise dans le domaine de l’industrie des médias depuis plusieurs années. La beauté de travailler avec le Web sémantique est que nous ne sommes pas limités à n’utiliser que des concepts appartenant à ce champ d’activité. Je fais le pari que Perfect Memory va s’étendre aux champs de la santé, de l’environnement mais également de l’éducation par exemple. – Pouvez-vous nous parler d’un hobby ou d’un centre d’intérêt qui vous tient à cœur ? J’ai toujours considéré l’art comme quelque chose de proche de moi. Depuis que je suis petite, j’ai passé de longues heures à dessiner. J’aime dessiner des personnages et j’ai l’habitude de dessiner sur mon ordinateur. Néanmoins, j’ai récemment rebasculé du côté du papier en me consacrant à l’illustration botanique. Pour moi, c’est « l’art qui rencontre la science », car cette activité demande d’analyser le sujet d’un point de vue scientifique et d’être capable de le restituer avec autant de précision que possible. – Avez-vous une anecdote, un souvenir de travail à Perfect Memory que vous souhaitez raconter ? Ce que j’aime chez Perfect Memory, c’est la créativité et la camaraderie de mes collègues. Ces qualités constituent en fait l’ADN de l’équipe. Les activités collectives, les présentations attablées, les croissants de bon matin, les diners pour célébrer chaque étape de notre développement, la programmation en binôme ou les réunions de réflexions quand nous nous heurtons à un enjeu théorique de taille : ce sont les moments de convivialités improvisés et les petites attentions qui font sortir Perfect Memory du lot. – Un message à adresser à nos lecteurs? L’inspiration est partout. Il y a toujours quelque chose de plus à apprendre même dans les choses les plus banales. Travailler dans un environnement comme celui de Perfect Memory nous pousse à penser différemment. Pour la plupart de nos problèmes que nous rencontrons dans notre vie de tous les jours, les solutions sont en nombre limité, donc nous devons par nous-même en créer de nouvelles. L’information disponible existe en nombre sur Internet, dans les livres, mais aussi auprès des personnes avec lesquelles vous travaillez chaque jour. La collaboration et le partage d’idées sont autant de précieux aspects dans la culture startup. Jeanella, en voyage.     ...
Plus

Portrait de la Perfect : Richard Degenne

Tous les mois, Perfect Memory vous propose un contenu d’un type un peu particulier : un portrait d’un des collaborateurs de la Perfect. Toujours sur la brèche pour délivrer nos plateformes Raffiné© chez nos clients, la Perfect ne jouit que de peu de temps pour prendre du recul sur le projet Perfect. Le département Communication est ainsi ravie de tendre le micro à ceux qui ont fait le passé, qui font le présent et qui incarnent le futur de la société Perfect Memory Présentez-vous en quelques mots et précisez trois adjectifs/hashtags qui vous qualifient Bonjour à toutes et à tous, je m’appelle Richard Degenne, j’ai 23 ans et je suis ingénieur Recherche et Développement pour Perfect Memory depuis août 2017. J’aime à croire que je suis quelqu’un de positif, spontané et perspicace. Quel est votre parcours avant d’intégrer la Perfect ? Après un bac S en 2012, j’ai suivi un cursus ingénieur au sein de de Centrale Lille IG2I (Institut du Génie Informatique et Industriel) à Lens. J’ai découvert Perfect Memory dans le cadre de mon projet de fin d’études, qui tournait autour du web sémantique. Comme ce projet m’avait beaucoup plu, j’ai réalisé mon stage de fin d’études dans les locaux de Perfect Memory en 2017, stage qui a ensuite donné lieu à une embauche. Cela fait donc plus d’un an que j’ai rejoint l’aventure Perfect Memory, et je dois bien avouer que pour un premier emploi, on peut difficilement rêver mieux ! Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs quel rôle vous jouez dans la Perfect ? Mon rôle, en tant qu’ingénieur Recherche et Développement, est de concevoir et de mettre en oeuvre des solutions techniques performantes répondant à toutes sortes de problématiques. Comme je fais partie de l’équipe back-end, je suis généralement amené à travailler sur des projets liés au traitement des données, comme la connexion à des sources de données existantes, l’enrichissement de documents, ou encore le développement d’interfaces machine-machine permettant la consommation d’informations. La vision partagée au sein de la Perfect est large, comme l’expliqueriez-vous au grand public avec vos propres mots ? Pour moi, Perfect Memory tente d’apporter des réponses innovantes à un problème pourtant vieux comme le monde. Depuis toujours, l’Homme s’efforce d’immortaliser et de transmettre son histoire et sa connaissance, et Perfect Memory propose un outil nouveau qui interprète et comprend les documents qui lui sont fournis afin de rendre leur exploration et leur consultation intelligentes. C’est une ambition qui propose de nombreux défis extrêmement variés, des problématiques techniques comme l’intelligence artificielle jusqu’à de véritables questions philosophiques comme l’évolution de notre rapport à l’ordinateur. « Depuis toujours, l’Homme s’efforce d’immortaliser et de transmettre son histoire et sa connaissance, et Perfect Memory propose un outil nouveau qui interprète et comprend les documents qui lui sont fournis afin de rendre leur exploration et leur consultation intelligentes ». Perfect Memory, dans 5 ans, c’est quoi pour vous ? Je vois Perfect Memory comme le porte-parole d’une vision nouvelle. D’ici 5 ans, j’espère que cette vision aura convaincu de plus en plus de monde, qu’elle aura inspiré de nombreux autres projets. Et j’espère aussi encore faire partie du navire Perfect pour voir ça ! Pouvez-vous nous parler d’un hobby ou d’un centre d’intérêt qui vous tient à coeur ? Je joue beaucoup aux jeux vidéo. Cela peut paraître un peu cliché, mais je vois vraiment les jeux comme une véritable discipline artistique. Malgré la mauvaise publicité diffusée par les médias, je suis convaincu que les jeux vidéo offrent de nouvelles opportunités pour un artiste de communiquer avec son public, et pour les joueurs de vivre d’incroyables expériences. Bien sûr, il y a des jeux qui sont meilleurs que d’autres et j’ai moi-même mes propres préférences, mais si vous pensez que les jeux vidéo sont un truc de geek, ou plus simplement que vous n’en voyez pas l’intérêt, je vous invite vivement à échanger vos a priori pour une manette ! Un message à passer à nos lecteurs ? Quelque chose que j’ai appris au cours de mon expérience chez Perfect Memory est qu’il faut toujours se remettre en question. Qu’il s’agisse de croyances, d’avis ou d’expérience, je pense qu’il faut toujours les mettre en perspective et accepter les autres points de vue. On peut ne pas être d’accord et le dire, mais on ne doit pas dénigrer les autres sous prétexte qu’ils ont d’autres croyances. Mais bon, ce n’est que mon propre avis. 😉   ...
Plus

Portrait de la Perfect : Guillaume Rachez

Tous les mois, Perfect Memory vous proposera désormais un contenu d’un type un peu particulier : un portrait d’un des collaborateurs de la Perfect. Toujours sur la brèche pour délivrer nos plateformes Raffiné© chez nos clients, la Perfect ne jouit que de peu de temps pour prendre du recul sur le projet Perfect. Le département Communication est ainsi ravie de tendre le micro à ceux qui ont fait le passé, qui font le présent et qui incarnent le futur de la société Perfect Memory. Présentez-vous en quelques mots et précisez trois adjectifs qui vous qualifient ? Je m’appelle Guillaume Rachez, j’ai 34 ans, marié et heureux papa depuis bientôt deux ans ! Je suis quelqu’un de passionné, souvent considéré comme médiateur, souvent joueur ! Quel est votre parcours avant d’intégrer la Perfect ? Diplômé en ingénierie des systèmes images et sons du département audiovisuel DREAM de l’Université de Valenciennes, mon parcours a forgé ce que l’on pourrait appeler un profil atypique, où mon implication dans la technique a toujours été liée à une activité de création. Au cours de mes premières années en tant que développeur de composants logiciels multimédia au sein de l’entreprise Skema, j’ai fait une rencontre qui allait changer définitivement ma vie : Steny Solitude, mon mentor, qui m’a fait voir sous un nouvel angle les enjeux des outils de traitements média. Le but fondamental des outils multimédia n’est pas un traitement du signal, mais bien de la construction de connaissance ! Ou comment remettre au premier plan le contenu avant les outils: la technique au service de la création, voilà où mon parcours me mène. Fort de ces échanges positionnant des enjeux majeurs du traitement de l’information, j’ai rejoint le navire Perfect lors de ses premières heures, en 2010, en tant que développeur R&D, avec déjà une implication forte sur les technologies sémantiques. J’y développe d’ailleurs mon premier éditeur d’ontologie (le Profile editor) mais aussi différents outils de traitement vidéo, comme un outil de montage automatique. Par mon implication dans les projets MediaMap et MediaMap+, mon rôle évolue vers la gestion de projet, faisant de plus en plus le pont entre les équipes technique et commerciale. Après la réalisation d’une parenthèse de 3 ans à la tête de ma société de production audiovisuelle (un rêve de toujours), je retourne à mes fondamentaux en intégrant l’équipe Professional Services de Perfect Memory début 2017. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs quelle fonction occupez-vous au sein de la Perfect ? Mes casquettes au sein de Perfect Memory sont multiples : technico-commercial en avant-vente, ontologue pour transcrire selon les formalismes sémantiques le domaine client, Platform Manager pour mettre en place et administrer les processus métiers sur la plate-forme Raffiné. En résumé, j’assure un lien important entre les commerciaux et l’équipe technique. La vision partagée dans la Perfect est large, comment l’expliqueriez-vous au grand public avec vos propres mots ? L’économie numérique est à un tournant et les mesures récentes relatives au RGPD sont là pour le confirmer : la donnée a une grande valeur. La donnée personnelle, mais aussi toute donnée d’entreprise. Mais résumer la mutation digitale à la gestion de la donnée serait bien trop réducteur : l’enjeu est bien la capitalisation et le partage de la connaissance d’entreprise. Comment préserver et valoriser les actifs digitaux de l’entreprise ? Si on prend l’exemple des médias, leurs actifs sont de toute évidence les contenus qu’ils produisent : leur valorisation et leur préservation passent par des processus vertueux de capitalisation de la connaissance portée par ces contenus. Regardez Netflix : c’est par une indexation et une valorisation forte de leurs contenus qu’ils ont atteint le développement qu’ils ont aujourd’hui. Leur limite ? Traiter la donnée dans un environnement fermé qui est le leur. La vision de Perfect ? Impliquer tous les acteurs (producteur de données, extraction d’informations IA, etc…) et les faire collaborer via une plateforme de réconciliation de l’information permettant de bâtir une connaissance pertinente pour des cas d’usage identifiés. Faire rencontrer les différentes casquettes et expertises : forcément ça me parle ! « La vision de Perfect ? Impliquer tous les acteurs (producteur de données, extraction d’informations IA, etc…) et les faire collaborer via une plateforme de réconciliation de l’information permettant de bâtir une connaissance pertinente pour des cas d’usage identifiés. » Perfect Memory dans 5 ans, c’est quoi pour vous ? Un éditeur logiciel de référence, dont la plateforme sera utilisée par de nombreux acteurs du domaine des médias, mais aussi dans bien d’autres entreprises. Car le sujet de la capitalisation et de la valorisation des actifs digitaux est central pour tous. Aujourd’hui et demain. Pouvez-vous nous parler d’un hobby ou d’un centre d’intérêt qui vous tient à cœur ? Le Cinéma ! Depuis tout petit, j’ai une fascination pour cette capacité d’évasion que procure une salle de cinéma. Des films d’auteur aux blockbusters (avec une affection particulière pour Star Wars – la Perfect en sait quelque chose !), je suis intéressé par tous les genres. Et j’en profite pour écrire quelques critiques à mes heures perdues. Mon coup de cœur de l’année ? « 3 billboards » : ne manquez pas ce bijou de cinéma indépendant américain ! Avez-vous une anecdote, un souvenir de travail à Perfect Memory que vous souhaitez raconter ? C’était en 2011 je crois, Perfect Memory avait organisé un séminaire pour ses partenaires au cours duquel Aymeric Brisse et moi-même avions présenté, pour l’une des premières fois, le traitement live d’informations sur la plate-forme : nous avions filmé les protagonistes présents dans la salle, obtenu quelques sourires… et avons envoyé le tout à la plate-forme qui s’est chargé, via la combinaison d’outils interconnectés, de générer un montage vidéo automatiquement des moments du séminaire, avec une identification automatique des moments joyeux. Je me souviens encore de la réaction de certaines personnes présentes, bluffées par cette exploitation automatique de la donnée extraite, bien avant que l’on parle des outils d’IA. Et c’est lors d’un moment comme celui-là (il y en a eu d’autres) que j’ai pensé que Perfect avait toujours un coup d’avance… Un message à adresser à nos lecteurs ? La représentation de l’objet n’est pas l’objet ! ...
Plus